Babysitting à Bruxelles

Lorsqu’on travaille à Bruxelles, il n’est pas toujours évident de s’occuper de son enfant. Mais si on est face à ce genre de situation, on se demande si notre bambin possède l’âge adéquat pour être confié à une baby-sitter  ?

Poser les bonnes questions avant d’engager une nounou

On peut confier la garde d’un enfant dès ses premiers mois. Cependant, pour se rendre compte de son adéquation, il faut cependant répondre à quelques questions. Votre enfant a-t-il confiance en lui avec de nouvelles personnes ? Est-il facilement sociable ? S’adapte-t-il bien à des environnements nouveaux et/ou peu familiers ? Votre enfant est-il facilement accablé par le bruit et l’activité ? Lorsque vous pensez à la garde d’enfants de moins de cinq ans, pensez à la taille du groupe et au niveau de stimulation. Idéalement, plus l’enfant est jeune, plus le groupe devrait être petit, de sorte que les niveaux de bruit et d’activité puissent être modérés. Ainsi, d’une manière générale, la nounou convient aux enfants de bas âges. Si vous devez faire appel au service de ses professionnels, vous pouvez les dénicher sur des sites comme bsit.com.

Pourquoi confier son bébé à une nounou ?

Confier son enfant à un autre adulte consiste à poursuive la relation de proximité affective avec un autre adulte. À neuf mois, cela est plus important pour lui que le contact avec ses pairs, qui en fait à cet âge a tendance à s’ignorer mutuellement. Il convient toutefois de noter que même dans le cas où l’on confie le bambin à une spécialiste de la garde d’enfant, la mère devrait d’abord passer quelques heures avec les deux, et ce afin de se rendre compte de la capacité de prendre soin de la personne à qui laisser son enfant, à la fois pour lui apprendre quels sont les signaux que l’enfant émet quand par exemple il a peur ou est fatigué. Le langage de l’interaction établi entre la mère et l’enfant au cours de ces premiers mois peut ne pas être tout à fait clair pour un étranger et il est donc très important d’expliquer comment l’enfant signale ses besoins.

Pourquoi la proximité de la mère est-elle importante ?

S’il était alors possible de continuer à prendre soin personnellement de l’enfant, c’est la décision la plus appropriée, puisque le besoin d’exploration et de socialisation se fait d’une manière beaucoup plus protégée et sans anxiété pour l’enfant. En effet, il peut avoir sa mère comme source de sécurité. Un enfant de neuf mois peut pleurer et montrer son malaise d’une autre manière, se sentant « abandonné » par sa mère, mais ses capacités de communication et donc ses réactions sont beaucoup moins évidentes que celles d’un enfant de trois ans. Mais en réalité, bien que ces alertes sont moins bien établies, ils sont sans doute plus parlants et doivent donc être pris en considération. Un enfant de trois ans, qui a appris à s’éloigner progressivement de sa propre source de sécurité, constituée par sa mère, aura presque certainement une première réaction de pleurs lorsqu’il commencera à fréquenter la nounou, mais l’insertion progressive peut grandement réduire l’anxiété de séparation en lui ; en tout cas, à trois ans, l’enfant a déjà en partie la capacité de prévoir que sa séparation de sa mère ne sera « qu’un petit moment » de sa journée. De plus, à l’âge de trois ans, les enfants ont considérablement amélioré leurs aptitudes sociales et leurs capacités de communication.

Comment choisir sa babysitter à Bruxelles ?

Il est important que la mamie habite à proximité de votre domicile. Il est difficile de travailler avec une babysitter à Bruxelles qui habite dans un quartier assez éloigné de la vôtre. Si cela n’est pas possible, choisissez une qui habite sur le chemin de votre travail. Vous éviterez ainsi des stress supplémentaires inutiles. Soyez attentifs à la valeur et aux convictions de la nounou. Il est nécessaire que ceux-ci coïncident avec les vôtres. Les règles que vous établissez chez vous doivent être plus ou moins pareilles avec le spécialiste garde d’enfant à Bruxelles. Si durant l’entretien, vous sentez que le courant ne passe pas, il est préférable de vous arrêter là. Car cela peut vous travailler quand vous serez occupé et vous risquez de ne plus être performant. Vous pourrez aussi gêner la nounou dans son travail. Vous pouvez aussi enquêter sur la carrière de ce professionnel en appelant les parents des autres enfants qui ont eu recours à son service. Vous aurez ainsi des informations utiles sur sa manière d’agir et vous mettre en confiance. Voyez aussi la réaction de votre enfant par rapport à la personne. Si elle lui convient et qu’il se sent bien à l’aise avec elle, n’hésitez pas, car vous pouvez passer votre journée tranquille au travail. Demandez aussi les activités d’éveils ou manuelles qu’elle propose. En somme, demandez comment va-t-elle s’y prendre pour éduquer votre bambin. Il ne faut pas oublier que le babysitting à Bruxelles est un moyen d’éduquer l’enfant. Est-ce qu’elle va au parc ? Ou dispose-t-elle d’une espace dédiée à l’épanouissement de l’enfant. Il est très utile de connaître comment va-t-elle occuper la journée de votre enfant. Autre élément essentiel et incontournable, le contrat, il doit être bien clair et bien détaillé. Tout ce dont vous avez convenu, ensemble, verbalement doit se retrouver dans le papier, noir sur blanc. Un accord écrit protège les deux parties en cas de désaccord. Un contrat peut comprendre le nombre de travaux dans une journée, la gestion des congés payés, le responsable des repas ou encore les modalités de rupture de contrat. Dans le cas ou le nounou propose un menu, vous devez savoir les plats journaliers. Si vous avez du mal à trouver la baby-sitter idéale à Bruxelles, n’hésitez pas à se tourner vers un organisme spécialisée ou consulter des sites de renoms.